Quand le temps viendra...

Quand le temps viendra...

 

...Si arrive le moment où je deviens frêle et faible

Et que la douleur m'empêche de dormir

Alors fais ce qui doit être fait.

La dernière bataille ne peut être gagnée.

Tu seras triste, je comprends

Mais ne laisse pas le chagrin t'arrêter.

Pour ce jour, plus que tous les autres

Ton amour et ton amitié doivent supporter l'épreuve.

Nous avons eu tellement de belles années

Tu ne voudrais pas me voir souffrir davantage.

Quand le temps viendra, s'il te plait laisse-moi partir.

Emmène-moi où quelqu'un prendra soin de moi

Et reste avec moi jusqu'à la fin.

Tiens-moi très fort et parle-moi J usqu'à ce que mes yeux ne voient plus.

Je sais qu'avec le temps tu seras d'accord.

Que c'est une bonté que tu m'as fait.

Bien que ma queue ait branlé pour la dernière fois.

Tu m'as sauvé de la misère et de la souffrance.

N'aie pas de peine.

Que ce soit toi qui a dû prendre cette décision.

Nous étions très proches pendant toutes ces années.

Ne te laisse surtout pas envahir par le chagrin....

ton copain à 4 pattesqui te remercie de lui avoir offert une si belle vie !

 

 

Anglais

When the time comes ...
... If the time comes I become frail and weak
And the pain keeps me awake
Then do what needs to be faitLa last battle can be won.
You will be sad, I comprendsMais not let grief stop. To date, more than any other
Your love and friendship must stand the test.
We had so many wonderful years
You would not see me suffer more.
When the time comes, please let me go.
Take me where someone will take care of moi
iET stay with me until the end.
Hold me hard and speak moiJusqu'à what my eyes no longer see.
I know that over time you will agree.
It is a kindness that you gave me.
Although my tail is jerked off for the last time.
You saved me from misery and suffering.
Do not trouble.
Whether it is you who had to make that decision.
We were very close all these years.
Do not let yourself be overwhelmed by the most grief ....
4 pattesqui your boyfriend to thank you for offering him such a beautiful life
4 pattesqui thank you for offering him such a beautiful life!

 
0 commentaires

Je suis née en captivité

Je suis née en clapier mais c’était nid douillet, je me souviens le vert de ces barreaux pesants la chaleur la paille. Nous n’étions pas dehors mais bien sous un abri, quand le vent soufflait fort nous le voyions passer, on regardait la pluie LE FURET sans pouvoir la toucher. Tout n’était que béton et liberté comptée. Par un tunnel doré, qui brossait notre poil, on atteignait le lit cet épais matelas, cette couverture chauffante qui sentait bon le blé. Le matin et le soir, les très bon souvenirs ! On n'avait pas goutté aux restes des plaisirs et le pain dans le lait nous collait bien au ventre et paradis dimanche le jour des croquettes. A bien y réfléchir ce n’était pas misère, en période de chasse on faisait nos réserves ! Lâchées dans les terriers qui fleuraient bon lapin, campagnols et souris, là on faisait la fête avec vers de terre, taupes et courtilières. Il n’en fallait pas plus au fond de ces trous noirs à jeannot le lapin pour détaler très vite, pas besoin de courir il fuyait à grand pas. Pour nous le jour de noce quand bébé était là, oublié, pétrifié on le mangeait tout chaud.
 
 
De mémoire de furet, je ne connu pas pire et mon frère déjà mort aurait bien échangé ma vie de patachon contre douceur de vie de mon HLM gris. C’est coco mon mari qui me conta les sources, les malheurs de frérot crevant dans les bas fonds.
C’était un mois de mars, à la fleur des pêchers, Pour Coco des vacances en HLM de luxe, il venait de là bas, du mouroir aux fufus pour déposer la graine de nos futurs Bébés. Assumer descendance était chose facile mais penser à demain nous était impossible, progéniture gisante ou patauger, en vie, dans tous ces bourbiers glauques, de chasseurs malfaisants.
C’était un jour d’automne et coco reparti vers son clapier puant et le froid hivernal. Jamais je n’ai revu ses si beaux yeux rubis ! Il est mort paraît-il dans l’affreuse douleur de la faim de la soif et l’odeur putride de sa paille pourrissante.
 
 
Je me souviens encore de ses propos amers et de son cœur si triste, pour conter déchéance de toutes ses familles. Lui c’était un malin, un mâle bien en chair et en majorité les autres ils étaient bien malingres. Malgré notre confort que l’on compare au pire, malgré la douce chaleur de ces étés si doux, lorsque la nuit venue et ces beaux clair de lune pour Coco le furet la nuit était la nuit, aussi sombre que le jour et le noir de la vie. Dans ses rêves sinistres il se laissait aller pour me narrer survie, c’est le ton de sa vie. De son regard brûlant et rougeoyant de braises il se vidait le ventre de tous ses cauchemars, mon coco, mon guerrier se cachait le museau essuyant de sa patte cette larme ruisselante et susurrait encore pour tout me raconter.
Comme un champ de bataille, il faut compter les morts et les chers disparus, comme un charnier de honte qui fait baisser les yeux . Il était survivant pour voir la déchéance de ces hommes sans scrupule qui comptaient le gibier et les pertes fufus devant le ballon rouge de l’amitié honteuse. La chasse est une traque et l’on brûle cartouches et le furet aussi est comme un projectile lancé dans galerie ou la mort les guette. Le furet un objet à repeupler les chasses ce que Coco appellait chasses à retardement. Moins cher qu’un fusil sa perte, un souvenir sans plus. Au plus profond des trous, ces galeries de mort le lapin en sortait mais jamais le furet, les copains de Coco étouffés sous la terre, étranglé par racine ou tué par blaireau. Ces outils poilus, ces êtres à quatre pattes sont remplacés par d’autres. Dans les viviers de mort, les élevages sordides de ces fédérations.
 
 
Dans ces cachots putrides la mort silencieuse est l’unique compagne de ces infortunés. Dans leurs urines brûlantes qui rongent les poumons et avivent les blessures il se mêle le sang, les oreilles rongées, queues et pattes dévorées, tout est mutilation souvent cannibalisme ! Ce qui étonne chasseur qui demande pourquoi ! . Mon Coco en sanglot ne parle plus soudain, Je ne vois plus ses yeux disparus sous les larmes et son âme suffoque, un râle dans la gorge et sa langue palpite, elle glisse en tous sens, plus rien ne la retient…. , Je ne vois pas ses dents malgré la pâle lune. Mon guerrier désarmé ! Il a les dents limées.
Mon coco est parti par un beau jour d’automne, il a rejoint copains et bien des descendances ! La porte s’est fermée sur son soleil d’été le plus beau son dernier car la mort l’attendait.

 

Anglais

 

 was born in hutch but it was cozy, I remember the green bars of heavy heat straw. We were not outside but under cover, when the strong wind we saw him go, we watched the rain THE FERRET without being able to touch. It was all concrete and freedom counted. For a golden tunnel, which brushed our hair, we reached the bed this thick mattress, the blanket that smelled wheat. Morning and evening, the great memories! We had not tasted the remnants of the pleasures and bread in milk although we stuck to the belly and the day of the Paradise Sunday croquettes. On second thought it was not poverty, during the hunting season we did our reserves! Released into the burrows smelling rabbits, voles and mice, there was one party with earthworms, moles and mole crickets. It was enough at the bottom of these black holes to jeannot rabbits to scamper very quickly, no need to run he fled apace. For us the wedding day when baby was there, forgotten, petrified eaten warm.
 
 
Memory ferret, I had no worse and my brother already dead would have traded my life against disorderly life of my sweet HLM gray. Coconut is my husband who told me the sources, the misfortunes of kid brother dying in the shallows.
It was a March, the flower of the peach, for HLM Coco holiday in luxury, he had there, the hospice to fufus to deposit the seed of our future babies. Assume descent was easy thinking about tomorrow but we could not, offspring recumbent or wading in life, in all these murky sloughs, hunters evil.
It was an autumn day and left to his hutch coconut smelly and cold winter. I've never seen her so beautiful ruby ​​eyes! He died apparently in terrible pain of hunger and thirst and the putrid smell of his rotting straw.
 
 
I still remember his words bitter and heart so sad, to tell forfeiture of all families. He was a smart, well-fed male and most others were very sickly. Despite our comfort that we compare the worst, despite the warmth of the summer so sweet, when night falls and the beautiful moonlight ferrets for Coco the night was the night, as dark as the day and black of life. In his dreams he claims gave way to tell me survival is the tone of his life. In his eyes burning and glowing embers he was emptying the stomach of his nightmares, my coconut, my warrior hiding the muzzle of his paw wiping the tears streaming and whispered again to tell me everything.
As a battlefield, it takes the dead and the dearly departed, as a mass grave of shame lowered eyes. He was surviving to see the downfall of the men who had no qualms game and lost to the Red Balloon fufus of friendship shameful. Hunting is a tracking and burning cartridges and ferrets also is like a projectile launched gallery or death awaits them. Ferrets repopulate an object chase that hunts called Coco delayed. Less than a rifle his loss, without a memory. Deep holes, these galleries of dead rabbits came out but never the ferret, the buddies Coco stifled under the ground, strangled by root or killed by badgers. These tools hairy, these four-legged beings are replaced by others. In pools of death, the sordid farms of these federations.
 
 
In these cells putrid silent death is the only companion of the unfortunate. Burning in their urine that plague the lungs and quicken the injuries he mixes blood, chewed ears, tails and legs eaten while cannibalism is often mutilation! What is surprising hunter who wonder why! . My Coco into tears suddenly no longer speak, I can not see his eyes lost in the tears and choking her soul, a rattle in the throat and tongue flutters, it glides in all directions, nothing holds it .... , I do not see his teeth despite the pale moon. My warrior disarmed! He's filed teeth.
My coconut left on a beautiful autumn day, he joined friends and many descendants! The door closed on his sun was the best since his last death was waiting.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

0 commentaires

pourquoi

Pourquoi
Il me reste peut être un ou deux jours a vivre ,
Personne n est venue.... je sais , je vais mourir...
Dans ma tête de furet , ya tant de souvenirs

Et j 'étais si heureux au temps ou j était libre..
Je vous aimais pourtant.... jetait bien près de vous
Et les enfants m 'aimaient, moi aussi je l 'avoue;
et je cherchais tjs a vous faire plaisir
Attentif un furet a vos moindres désirs...
je vous aimais depuis presque une vie entiere,
Six ans je m en souviens , c'était merveilleux...
vous m 'avais balancer a travers la portière

et je n'ai pas compris . C'était peut être un jeu
Vous avez disparu au loin sur l autauroute
Et je suis reste seul , me trainant au fossé
Le coeur désespéré et l esprit en déroute
gémissant de douleur sous ma patte cassé
J ai finis au refuge ou j attend chaque jour
qu' on vienne me chercher pour tout recommencer
je ne vous en veux pas. j'ai pour vous tant d'amour
Qu 'On sera bien chez nous comme par le passer
Je voudrais tant revoir mes petits compagnons

Qui m'emmenait si souvent en ballade
et dont j était leurs meilleurd camarade
et qui disait tjs que j était si mignon...
la nuit doucement a envahi ma cage..

C'est vrai je vous aimer et je vous aime encore,

je ne dormirais pas et j attendrais l aurore ,
 En guettant tristement a travers le grillage
 et quoi qu'il arrive n ayez pas de remord
 au bout de mon amour je vous offre ma mort ...
 vous pouvez a loisirs vous dorer sur les plages,
 j entend venir quel un
 il vient ouvrir ma cage ............

 

Anglais

 

Why
I still may be one or two days to live,
Nobody has come .... I know, I'm going to die ...
Ferret in my head, there are so many memories

And I was so happy at the time or day was free ..
I loved you yet .... threw well near you
And children m 'loved me, so I admit;
tjs and was looking to please
A ferret carefully your wishes ...
I loved you for almost a lifetime,
Six years I remember m, it was wonderful ...
you m ''d swing through the door

and I did not understand. It may be a game
You've gone off on autauroute
And I am left alone, dragging me to the ditch
The heart and mind in hopeless disarray
moaning in pain in my leg broken
J have finished at the shelter waiting every day or j
that they pick me to start again
I do not blame you. I have so much love for you
What will be with us as well by passing
I long to see my little companions

Who took me so often in ballad
and j which was their comrade meilleurd
and tjs said that I was so cute ...
the night gently invaded my cage ..

It's true I love you and love you again

I would not sleep and I wait for dawn
  In a sadly watching through the fence
  No matter what happens and have no remorse
  at the end of my love I offer you my death ...
  you can have leisure bask on the beaches,
  j hears how a future
  he just opened my cage ............

 
0 commentaires

l 'amour d ' un furet

L'amour d'un furet,
charmant, attendrissant,
sincère, et fidèles, ils nous aiment.
Jamais ils ne nous abandonnent.
Une fois donné, leur amour est à vie.
...Sans mensonges, sans faillir,
Mignon, doux et calins,
Mais aussi l'être malin et coquin,
Jamais ils ne vous lasseront.
Fidèles ils vous aimeront.
Guettant calins et caresses,
laissez vous aller sans paresse.
Les furets sont si heureux,
Lorsqu'ils partagent vos fou rire et vos jeux.
S'ils n'existaient pas,
le bonheur et la joie,
ne serait pas aussi intense. Ils nous donnent tant,
Sans jamais faillir, sans jamais mentir.
Il faut les aimer à en mourrir

 

 

Anglais

The love of a ferret
charming, endearing,
sincere, and loyal, they love us.
They will never abandon us.
Once given, their love is for life.
... Without lies, without fail,
Cute, soft and cuddly,
But also be smart, mischievous,
They never get tired.
True they will love you.
Watching hugs and kisses,
let you go without laziness.
Ferrets are so happy,
When sharing your laughter and games.
If they did not exist,
happiness and joy,
would not be as intense. They give us so much,
Without fail, never lie.
He must love to die in

 
1 commentaires

Notre passion

Certains ne comprennent pas la passion que nous avons pour ces petits animaux de compagnie, depuis  plus d'une dizaine d'années !

 

Tout simplement parce qu'ils n'ont jamais croisé un furet de leur vie, ou de très loin.

 

Parce qu'ils ne savent pas qu'un furet est un rayon de soleil dans une maison...

 

Parce qu’ils ne savent pas qu'un furet ne se réveille que pour jouer, fureter partout et qu'on ne se lasse pas de les voir courir dans tous les sens...

 

Parce qu'ils ne peuvent pas partager avec eux les séances de "poutpouts" intempestifs, et de cascades qui nous font rire...

 

Parce qu'ils ne peuvent pas partager les séances de câlins avec un furet qui cherche une petite place dans nos pulls...

 

Parce qu'ils ne peuvent pas partager les séances de chasse aux trésors auxquelles nos furets sont les rois (ils cachent, et nous cherchons ..... longtemps parfois)...

 

Voila, ce qu'un furet vous apporte au quotidien !!!!

 

Mon but est d'atteindre le furet idéal a mes yeux, tout en conservant de beaux gabarit.
Mes furets font parti intégrante de la famille, ils partagent notre quotidien et sortent tous les jours plusieurs heures.

 

J'ai peu de portées afin de me consacrer un maximum de temps aux furetons pendant les 2 mois qu'ils passent en notre compagnie.
Ils sont élevés avec une attention assidue pour en faire des furets bien dans leurs poils, sociables et en bonne santé pour leurs futures familles
Nos furets, sont en cages la journée pour leur sécurité.

Ils sont cependant avec nous dès que nous sommes à la maison.

Ils ont à leur disposition arbres à chats, jouets, tunnels, un parc afin d'isoler les femelles gestantes et furet en rut... ou les furetons afin qu'ils puissent bénéficier des contacts des adultes sans pour autant être trainer partout par la peau du cou !

 

 

 

Some do not understand the passion we have for these little pets for over ten years!
Simply because they have never met a ferret in their lives, or very far.
Because they do not know that a ferret is a ray of sunshine in a house ...
Because they do not know a ferret wakes up only to play, poking around and we never tire of seeing them run in all directions ...
Because they can not share with them the sessions "poutpouts" untimely, and waterfalls that make us laugh ...
Because they can not share sessions with a cuddly ferrets looking for a small place in our sweaters ...
Because they can not share sessions treasure hunt that our ferrets are the kings (they hide, and we are looking ..... long time sometimes) ...
Voila, a ferret that brings you daily!!

My goal is to reach the ideal ferret has my eyes, while maintaining beautiful template.
My ferrets are part and parcel of the family, they share our lives and out every day for several hours.


I brought some order to devote myself as much time to furetons during the two months they spend with us.
They are raised with assiduous attention to ferrets make good in their hair, sociable and healthy future for their families
Our ferrets are caged during the day for their safety.

However, they are with us when we are at home.

They are provided with cat trees, toys, tunnels, a park in order to isolate pregnant females and ferrets in heat ... or furetons so they can benefit from the contacts of adults without being trainer anywhere in the neck!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
0 commentaires